Scandicus Ensemble vocal à voix d\'hommes

Le nouveau CD de Scandicus sur France Musique

Scandicus est passé sur France Musique dimanche 11 juin dans l’émission Sacrées Musiques, animées par Benjamin François. Si vous n’étiez pas devant votre radio entre 7h et 9h du matin, vous pouvez écouter ici : https://www.francemusique.fr/emissions/sacrees-musiques/bach-cantate-bwv-68-also-hat-gott-die-welt-geliebt-la-cite-celeste-coup-de-coeur-par-l-ensemble-alia-mens-34644

Après une 54 minutes d’émission, vers 8h, vous pouvez écouter des extraits de notre nouveau CD + une critique.
Lamentations pour la Semaine Sainte de Pietro-Amico Giacobetti

Première mondiale. Venise 1601. Musique sacrée italienne à 5 voix.

...”un enregistrement très soigné… et qui prolonge d’une belle manière les trois premiers albums…

… les merveilleuses polyphonies de Pietro Amico Giacobetti – interprétées ici à capella dans une configuration masculine du contre-ténor à la basse – résonnent avec plénitude et fidélité.

… Saluons ici le courage de cet ensemble de s’attaquer à un compositeur que certains encyclopédies renommées ne consacrent que neuf lignes…

… L’ensemble Scandicus, une sortie chez Arion, que je vous recommande…” (Benjamin François, France Musique)

Pour obtenir le CD, cliquez ici : soutiencd

L'histoire est un perpétuel recommencement ! Le maître de chapelle de la basilique San Marco, Baldassare Donato, s'apprête à préparer les célébrations tant attendues de la semaine sainte en cet an de grâce 1601. Âgé de 70 ans, ce vieux musicien n'a plus l'énergie de composer des polyphonies élaborées. Insatisfait par les compositions des membres de la chapelle, il décide de se tourner vers des éditions vénitiennes publiées récemment. Quelle ne fut pas sa surprise en tombant sur les sonorités inouïes desLamentationes cum omnibus responsoriis a cinque voci d'un certain Pietro Amico Giacobetti. Ce musicien, abandonné des histoires de la musique, livre en quelques pages un véritable tour de force polyphonique au moment où cet art subtile semble s'essouffler au profit de la monodie accompagnée. Nul ne saura vraiment l'émotion suscitée par ces œuvres sur ses contemporains.

L'Ensemble Scandicus souhaite, avec cette première mondiale, faire partager l'émotion d'un Baldassare Donato ou encore de ces fidèles venus assister à San Marco au milieu de la nuit aux offices des ténèbres en cette année 1601. L'œuvre de Pietro Amico Giacobetti sera complétée par une création de Daniele Ghisi (Ircam, Casa de Velazquez, Akademie der Künste in Berlin) sur le texte du Miserere. Le psaume 50 qui termine traditionnellement les offices des ténèbres se chante dans le noir pour symboliser le trépas du Christ. Ce compositeur talentueux combinera pour notre plus grand plaisir la musique de la Renaissance et l'avant-garde. Les recherches menées à Venise durant le cinquecento autour du chant à double-chœur trouveront un écho dans cette œuvre hypnotique à dix voix.